Alle Veranstaltung

Signé Genève

Avec « Signé Genève », retrouvez, partagez et commentez les histoires qui font votre vie de tous les jours. Vous êtes curieux de tout, amoureux de votre coin de vie? Faites-le savoir !

Les noces d’or du Club 
21 Jun 2017, 3:34 pm

Toast au 50e anniversaire. © Marylise HolstDémonstration de Zumba gold. © Marylise HolstLa chorale dirigée par Luis Semeniuck a sorti un disque pour l'occasion.© Marylise Holst
<
>
La chorale dirigée par Luis Semeniuck a sorti un disque pour l'occasion.© Marylise Holst

« Vive le Club ! » Samedi 17 juin, 15 h, Salle des fêtes, 200 verres se lèvent et portent un toast enthousiaste au Club des Aîné-e-s pour son 50ème anniversaire, au moment où le gâteau illuminé arrive sur le podium. Les tables sont fleuries, les toilettes pimpantes, le baccarat pétille joyeusement.

Fin 1966, un groupe de personnes âgées de Carouge a fait l’expérience de vacances en commun à Gryon au chalet Florimont et a trouvé cette « compagnie si agréable » qu’il est décidé de créer un Club des Aîné-e-s. Eh oui, c’est dans le chalet Florimont, qui vient scandaleusement d’être soustrait aux vacances des seniors, que débute cette belle histoire ! Carouge était pionnière. Sous son impulsion, rapidement d’autres clubs vont s’ouvrir en Ville de Genève et dans d’autres communes. Danielle Meynet, qui est alors l’animatrice déléguée par l’Hospice général auprès des bénévoles, en garde un souvenir enthousiaste : « Le début des années 70 était une époque formidable, tout s’ouvrait. Les aîné-e-s découvraient que la retraite n’est pas seulement une période de retrait, comme on le leur avait appris, mais une période riche de nouvelles possibilités. » Excursions, repas collectifs, célébrations de l’Escalade, participations aux cortèges de la Vogue, travaux manuels, jeux de mots (pour lesquels les Carougeoises sont particulièrement douées, elles gagnent tous les championnats), jeux de cartes et de pétanque se mettent en place sous la présidence de Mme Claire Pittet, tellement appréciée qu’elle sera aussi élue présidente de la Fédération des clubs des aînés du Canton. En 1987, elle est remplacée par Mme Cécile Magnin, dont le souvenir est encore évoqué avec reconnaissance.

En 2017, après Jean-Michel Roulet, c’est Michel Messiaux et Martine Burdet qui mènent le navire. Il y a 5 ans, de nouvelles activités, plus mobiles et plus culturelles, ont été proposées par Art-en-Vie, un petit groupe de jeunes retraitées. Il y a eu des inquiétudes… n’était-ce pas un complot pour couler le Club ? Bien au contraire ! Traditionnelles et nouvelles, pas moins de 18 activités sont proposées aux plus de 55 ans: de l’atelier de peinture créative à la zumba. Le Club compte maintenant 360 membres. La qualité de l’accueil est plus importante encore que les activités.

En ce jour de fête, le Conseil administratif de Carouge est présent in corpore, ainsi que le Président du Conseil d’Etat. François Longchamp, habitant Carouge, souhaite très sincèrement que la qualité du Club perdure jusqu’à son âge mûr… Evoquant d’autres régions en guerre, il se félicite de tous les liens tissés à travers notre ville, qui la préservent, peut-être, des conflits. Toute la fête (humoriste, chorale, fanfare municipale, repas, démonstrations de zumba, danse) est orchestrée par Tania Nerfin, l’animatrice du CAD, le Centre cantonal de détente pour Aîné-e-s. Forte d’une personnalité rayonnante et d’une très belle voix de chanteuse cubaine, elle entonne en fin de journée « Besame mucho » et Jeanne, qui aime tant danser, tournoie dans les bras de son cavalier… Les baies sont grandes ouvertes sur le soleil et la verdure des marronniers. Et tout le monde se met à chanter avec le Loriane jazz band « C’est magnifique ! »

Pour participer un tant soit peu à la fête, on peut acheter le vin et le disque décorés du logo du 50ème. Les lundis après-midi, au 18 boulevard des Promenades, les portes sont grandes ouvertes. Voir les programmes sur le site www.aines-carouge.ch

Cet article Les noces d’or du Club est apparu en premier sur Signé Genève.

Venez nous rencontrer au Vernissage  »INFLUENCES » le Jeudi 29 Juin 2017 de 18h00 à 21h00 à La Cité du temps 
20 Jun 2017, 8:43 am

Artraction, une entreprise apprenante au service de l’art. Elle est active sur l’arc lémanique et son siège est à Genève.
La démarche d’Artraction est proactive et innovante !
Elle privilégie l’apprentissage par l’envie, vise à la promotion de l’art et au développement du tissu économique et culturel local.
Sa mission s’inscrit dans une double dynamique :
• Promouvoir des artistes de la région lémanique
• Accompagner des personnes en réinsertion professionnelle
Les objectifs d’Artraction sont en matière de formation et d’insertion :
• Mettre en œuvre les outils nécessaires au développement de compétences sociales et professionnelles ;
• Former aux métiers et techniques qui vont faciliter le retour en emploi ;
• Accroître le savoir-faire et le savoir-être ;
en matière culturelle et commerciale :
• Offrir une ouverture sur le monde au travers d’une démarche de dialogue et d’échange sur le plan culturel ;
• Renforcer la visibilité de la diversité de la création artistique du bassin lémanique ;
• Favoriser la diffusion d’œuvres de créateurs locaux auprès du grand public.
Cette vision novatrice et unificatrice de la formation et de l’insertion professionnelle, de la culture et de l’économie, permet des synergies entre ces trois domaines d’apparence divergents mais pourtant très complémentaires. Sculpture sociale et économique, Artraction réunit une vision d’apprentissage et d’entreprise et se positionne en tant que structure d’insertion avant-gardiste dans le commerce d’art.
Artraction ambitionne une grande aventure humaine où se mêlent valeurs, éthique et engagement auprès des personnes en réinsertion autant que des artistes.
Artraction propose plus de 40 places de travail dans plusieurs corps de métiers sous la responsabilité de professionnels en charge de la gestion des activités de leur service, de la formation et de l’évaluation des personnes accueillies.
L’entreprise compte les services suivants : logistique, médiation d’art, marketing et communication, vente, administration, ressources humaines.
Artraction a le plaisir de vous inviter à notre apéritif dinatoire le jeudi 29 juin 2017 de 18h à 21h, à l’occasion du vernissage qui aura lieu dans les fabuleux locaux de la Cité du Temps (espace culturel du groupe Swatch) à Genève.

Cet événement étant l’exposition la plus importante de l’année pour Artraction, il est important pour nous que vous fassiez partie des nôtres pour cette occasion.

Cet article Venez nous rencontrer au Vernissage  »INFLUENCES » le Jeudi 29 Juin 2017 de 18h00 à 21h00 à La Cité du temps est apparu en premier sur Signé Genève.

L’immeuble de la honte du coeur de Champel 
19 Jun 2017, 1:02 pm

L’ex restaurant le Fair-Play, sis au 21 avenue de Champel a fermé il y a plus de de 22 ans. Toujours orné de son enseigne plus très lumineuse, l’édifice d’un étage est encerclé de bâtiments rénovés ou flambants neufs fait quelque peu désordre dans ce quartier bourgeois.

A l’été 2011, les propriétaires (ndlr: famille Obaid) avaient lancés une demande d’autorisation de construire; l’idée étant de raser le bâtiment pour y construire un immeuble de logements ainsi que des surfaces commerciales. Mais en vain, c’est le 14 décembre 2016 que le projet a été abandonné suite à des circonstances peu claires…

Afin de redonner vie à cette véritable verrue urbaine qui défigure le quartier huppé de Champel, une trentaine de graffeuses et graffeurs  de l’association Desstress ont été chargés de relooker le bâtiment ce printemps. Ainsi, les façades de l’ancien restaurant « champelois » ont enfin retrouvées un second souffle pour le plus grand bonheur des riverains.

Il faut néanmoins savoir que l’avocat de la famille Obaid s’est exprimé en juin 2016 sur la possibilité de dépose de demande d’un nouveau permis de construire pour enfin remplacer l’ancien restaurant. Affaire à suivre pour un éventuel projet de construction de logements et de commerces dans les années à venir…

Cet article L’immeuble de la honte du coeur de Champel est apparu en premier sur Signé Genève.

Le Bol d’Or Mirabaud 2017 vu d’un autre oeil… 
19 Jun 2017, 1:00 pm

Badauds observant les 567 bateaux petits bateaux du Bol d’Or Mirabaud 2017 depuis le quai de Cologny

Cet article Le Bol d’Or Mirabaud 2017 vu d’un autre oeil… est apparu en premier sur Signé Genève.

A côté de chez nous 
19 Jun 2017, 10:34 am

<
>

A découvrir Saint-Genis-Pouilly.

Cet article A côté de chez nous est apparu en premier sur Signé Genève.

La Karoujka 
19 Jun 2017, 10:19 am

Rue de la Colli ne. La révolution russe s'est préparée ici. © Maryelle Budry2, rue de la Faïencerie, résidence de Lénine. © FKRue de Carouge. © Maryelle BudryPlaque commémorative. © FK
<
>
Rue de la Colli ne. La révolution russe s'est préparée ici. © Maryelle Budry

Au début du 20ème siècle, la rue de Carouge était un nid de révolutionnaires russes ! Entourée d’historien-ne- s et autres membres de l’Association pour l’étude de l’histoire du mouvement ouvrier, j’apprends cela, devant les immeubles d’époque, de la bouche du professeur Jean-François Fayet, spécialiste des mondes russe et soviétique. Ces épisodes étonnants, encore si méconnus, n’ont pas laissé de marques commémoratives (plaques ou monuments). Et pourtant, il y aurait de quoi !
Tout l’éventail des forces politiques d’opposition au régime tsariste était représenté et logé dans le triangle Carouge-Bastions-Jonction. La rue de Carouge était occupée par les Bolchevicks (le premier parti marxiste créé par Lénine). Dans les immeubles des Nos 91 et 93 devant lesquels nous parle le professeur Fayet, se tenaient les archives et la bibliothèque du parti bolchévique, ainsi que la cantine Lepenchinski, tenue par un couple dévoué, où les révolutionnaires trouvaient toujours à manger pour pas cher. C’est que ces jeunes, qui venaient vivre à Genève en famille, avaient très peu de revenus et se donnaient complètement à la cause. Pourquoi avaient-ils choisi Genève comme lieu d’exil, pour échapper à la prison, au bagne ou à la déportation ? parce que – et là le public contemporain éclate de rire – Genève, et toute la Suisse d’ailleurs, était une ville bon marché, sans tracasseries administratives et sans contrôles policiers ! De plus, des liens s’étaient déjà tissés : durant le 19ème siècle, quantité de jeunes femmes slaves juives étaient venues étudier à l’Université de Genève, ouverte aux femmes titulaires d’un baccalauréat, auquel n’avait pas accès les Genevoises, soit dit en passant… Lisa Stern, par exemple, originaire de l’actuelle Lettonie, première femme professeure de médecine.
La rue Caroline était le fief des frères ennemis, les Menchévicks (les minoritaires qui veulent aller dans les parlements) et des anarchistes (qui sont pour la manière forte et les bombes). Tout le monde se retrouvait à étudier dans la Bibliothèques publique universitaire des Bastions ou à la Société de lecture, et à discuter à perdre haleine au Café Landolt, devant le parc des Bastions.
Lénine vint vivre à Genève plusieurs fois entre 1900 et 1908 avec femme, belle-mère et amante, mais toujours brièvement, occupé à propager les idées révolutionnaires à travers l’Europe. Une plaque a été tout de même apposée à Carouge, sur une très simple habitation, au fond d’une cour de la rue de la Tannerie où il séjourna deux mois en 1903 ! Des touristes russes aimaient photographier cette cour…
Tout ce passé est passionnant à découvrir, une grande bibliographie existe :
Bien sûr “Les Révolutionnaires russes et polonais installés en Suisse pendant la Première Guerre mondiale”, de Jean-François Fayet, in La Suisse et la Guerre de 1914-1918, Genève, Slatkine, 2015, pp. 387-403.
Ou d’autres articles vous donneront envie d’en savoir plus :
www.tdg.ch/vivre/histoire/Cachecache-avec-Lenine-a-Geneve/…/27646010
www.lecourrier.ch/122774/quand_lenine_preparait_la_revolution_au_cafe_landolt

Cet article La Karoujka est apparu en premier sur Signé Genève.

Au bol d’or, depuis Hermance 
18 Jun 2017, 9:59 pm

Il y avait foule, samedi 17 juin, sur les quais d’Hermance ; des centaines de personnes venues admirer les 567 bateaux concurrents du Bol d’Or.

Il faut dire que l’endroit est idéal. Une grande partie des équipages, après avoir fait route vers Versoix, a tiré les bords droit sur Hermance. Les bateaux sont passés à quelques centaines de mètres du rivage, offrant un spectacle magnifique.

Chacun avait trouvé son emplacement : au bord de l’eau, sur l’eau et même sous l’eau. Les plongeurs, nageurs et amateurs de paddle étaient ainsi nombreux à admirer les bolides depuis le lac. Certains avaient même sorti un vieux scaphandrier pour l’occasion !

Et pour fêter dignement cet événement, la commune d’Hermance organisait également sa vogue. C’est une vieille tradition pour la commune. Depuis des années, la vogue se déroule immanquablement le jour du Bol d’Or.

De 9 heures à tard dans la nuit, Hermance n’a ainsi pas désempli, histoire d’encourager les bateaux à l’aller, comme sur le chemin du retour !

Les multicoques en tête - Photo : Anne-Laure Roudaut Aux 1ères loges pour voir les bateaux - Photo : Anne-Laure Roudaut Passage des 1ers monocoques - Photo : Anne-Laure Roudaut Un vieu scaphandrier - Photo : Anne-Laure Roudaut Des quais noir de monde - Photo : Anne-Laure Roudaut Un vieu scaphandrier - Photo : Anne-Laure Roudaut En paddle au Bol d'or -Photo : Anne-Laure Roudaut Bol d'or à Hermance -Photo : Anne-Laure Roudaut Bol d'or à Hermance -Photo : Anne-Laure Roudaut Bol d'or à Hermance -Photo : Anne-Laure Roudaut

Cet article Au bol d’or, depuis Hermance est apparu en premier sur Signé Genève.

Promenade « Versoix, ville d’eau » 
17 Jun 2017, 5:16 pm

Source le long du canalLa Versoix urbaineLa plage du parc Forel
<
>
Source le long du canal

La balade peut se réaliser en environ une heure de marche effective avec peu de dénivelé.
Le parcours est accessible aux poussettes tout terrain, moi je préfére personnellement le porte-bébé de randonnée.
Parti de la gare de Versoix en empruntant le passage sous-voies, on trouve rapidement le balisage pédestre dont GenèveRando assure, sur mandat du Canton, la surveillance et l’entretient.
Celui-ci nous guide par de petites rues jusqu’au canal de Versoix.
Un sentier paisible et ombragé suit le bief qui servit à alimenter en force hydrolique l’industrie naissante du 18ème siècle.
Il est maintenant reconverti en étang piscicole et l’une des portes d’accès des innombrables balades des bois de la Versoix.
Aujourd’hui nous allons le remonter sur quelques centaines de mètres seulement pour atteindre un vieux pont en pierre qui l’enjambe.
Franchissez ce pont et après une dizaine de mètres, vous découvrirez sur votre droite, une source jaillissant d’un mur de pierre sur lequel a poussé un arbre!
L’eau est cristalline et l’endroit invite à la rêverie.
Retour à la réalité et sur nos pas, revenez le long du canal jusqu’au Chemin des Colombières et descendez sur la droite en direction de la rivière.
Nous voilà maintenant dans une zone récemment renaturé, l’ancien site d’accueil des gens du voyage est devenu un parc attrayant.
Des arbres fruitiers ont été plantés, de même que des petits fruits parmi lesquels groseilles et raisinets !
Un méandre a été creusé pour la Versoix qui chante sous le soleil de l’après-midi.
Le manque d’ombre nous encourage à poursuivre la balade jusqu’au parc Forel et à la plage de la bécassine. que nous atteignons après avoir traversé la Route Suisse.
La plage de cailloux et de rochers est partiellement ombragée et invite à la baignade et/ou au farniente.
L’heure du retour sonne finalement avec le choix de marcher jusqu’à la gare, compter une dizaine de minutes, ou
d’emprunter le bus V qui passe à deux pas de l’entrée du parc.
Bonne balade, vous pouvez consulter le parcours sur une carte en utilisant le lien ci-dessous.
La journée cantonale sur les chemins de randonnée, du samedi 8 juillet 2017, vous invite également à découvrir une autre zone des bois de Versoix
Informations détaillées sur le site de GenèveTerroir https://www.geneveterroir.ch/fr/jdr

Cet article Promenade « Versoix, ville d’eau » est apparu en premier sur Signé Genève.

Un concours de logo pour le demi-siècle du Cycle du Marais 
16 Jun 2017, 11:58 am

Elodie ChappuisLe logo de Liona BuchsLogos présentés au concours, montage de J-Y GenoudLe logo gagnant d'Elodie ChappuisUne partie des participantes au concours de logoTravaux sur les moments marquants des 5 dernières décenniesTravaux sur les moments marquants des 5 dernières décennies
<
>
Travaux sur les moments marquants des 5 dernières décennies

Pour les organisateurs du cinquantième anniversaire du Cycle d’orientation du Marais, il était important d’associer les élèves aux préparatifs des festivités. Aussi plusieurs activités ont été organisées dans le cadre scolaire au cours de l’année 2016-2017 : des contes africains ont été mis en scène par les élèves et présenté lors de la fête, de même que des pièces musicales et une exposition de dessins réalisés par l’ensemble des élèves de 10ème et 11ème année. Les travaux exposés devaient mettre en image un sujet représentatif de l’une ou l’autre des cinq décennies écoulées depuis la construction de l’école. Objectif parfaitement atteint avec des sujets aussi divers que le Rubik’s cube, les premiers pas de l’homme sur la lune, l’avénement des smartphones, les attentats du 11 septembre 2001, le droit de vote pour les femmes, ou encore la mort de lady Diana.

Un concours à l’intention des élèves a également été organisé. Il s’agissait de créer un logo pour l’anniversaire du cycle qui soit simple, immédiatement identifiable, véhiculant l’image du collège, ses valeurs, sa mission et son nom. Le logo choisi a ensuite été reproduit sur les gobelets en plastique, des stylos et des T-Shirts souvenirs.

Pour Sylvie Uldry, enseignante d’arts visuels au Marais depuis une dizaine d’années et organisatrice du concours, il était important que celui-ci soit proposé à l’ensemble des élèves du cycle et que les efforts des uns et des autres soient mis en valeur. Une vingtaine d’élèves – dont deux garçons – se sont inscrits au concours. Chaque participant et participante a reçu un suivi personnalisé de la part de l’enseignante qui les a accompagnés dans leur travail et qui leur a fourni le matériel pour la réalisation du dessin final.

La qualité des onze projets rendus a été relevée par le comité d’organisation de la fête qui s’est réuni et a sélectionné quatre travaux parmi lesquels le logo de la fête a été choisi. Le concept, la qualité de réalisation, la lisibilité étaient autant de critères de sélection du projet primé. C’est finalement le logo d’Elodie Chappuis, une jeune élève de 10ème année qui a été primé. Pour évoquer le cycle du Marais, elle a choisi la grenouille et le crayon pour symboliser l’école. La jeune fille qui pratique la danse à raison de plus de 10 heures par semaine s’est dite très surprise et heureuse d’avoir été choisie. Parmi les autres logos de la sélection finale, le livre d’où s’échappe un flot d’encre qui se répand dans un marais, réalisé par Liona Buchs, a également beaucoup retenu l’attention du jury. La jeune fille, passionnée de dessin, est en dernière année du cycle. Elle vient de réussir le concours d’admission à l’école des arts appliqués (CFP Arts) où elle entrera en septembre prochain. Le projet de logo l’a beaucoup stimulée et lui a permis –explique-t-elle avec sérieux– de se confronter à un projet concret, semblable à ceux qu’elle fera au CFP Arts.

Cet article Un concours de logo pour le demi-siècle du Cycle du Marais est apparu en premier sur Signé Genève.

Tour de Plage au bas des Tours de Carouge cet été ! 
15 Jun 2017, 3:19 pm

<
>

La Ville de Carouge et la Fondation pour l’animation socioculturelle ont le plaisir de vous présenter la 13ème édition de Tour de Plage cet été au bas des Tours de Carouge ! Venez profitez du vendredi au dimanche, de 14h à 19h, des chaises longues et parasols, mis gratuitement à disposition de tous ! Des activités tout public et variées vous seront proposées tout au long de l’été. L’équipe d’animation, composée des TSHM et 2 jeunes engagés en petits jobs seront là pour répondre à toutes vos questions et vous accompagner dans les différentes animations.

Quelques dates phare…
• Pour les tout-petits
Circuit Baby cars (1-4 ans) le vendredi dès 15h

• Pour les enfants :
Jeux géants, bazar des bricolages le samedi ou le dimanche dès 15h

• Pour les danseurs :
Initiations de danse fitness (Hélène), country (Jean-Jacques), capoeira (Daniel), kick-boxing (Alban et David), zumba (Raquel), tango (Sarah), 2 soirées tango les 2 juillet et 19 août dès 19h par l’association Musaca, un bal musette par Danie et Gigi le 16 juillet

• Moments lecture et contes :
Né pour lire les 7 juillet et 11 août à 17h par la Bibliothèque de Carouge, contes haïtiens tout public le 9 juillet dès 16h par Laure, 2 ateliers d’écriture de Haikus (poèmes courts japonais) avec Denise et Laure

• Pour les mélomanes :
Des concerts after work 7 vendredis dès 18h avec Sambike Soundsystem Docteur Doca (Bossa Nova), Tritons (Balkanic Fusion Music), Rui Sirgado (acoustique/pop), Groovah (groove exotico-urbain), Djelifoly (Griot Music Burkina-France), Sand (chanson)

• Pour les moments détente :
Massage assis avec Marion le 20 août, réflexologie avec Gabrielle (Cap détente) les 9, 22 juillet et 27 août

• Pour les sportifs :
L’association les 1001 Roues vous présentera ses vélos rigolos les 2 juillet et 26 août dès 14h, une animation sportive proposée par la Maison de Quartier de Carouge le 1er juillet dès 14h

Le programme détaillé en pièce jointe ou sur www.tshmcarouge.ch

Cet article Tour de Plage au bas des Tours de Carouge cet été ! est apparu en premier sur Signé Genève.