Toutes les manifestation

Signé Genève

Avec « Signé Genève », retrouvez, partagez et commentez les histoires qui font votre vie de tous les jours. Vous êtes curieux de tout, amoureux de votre coin de vie? Faites-le savoir !

A voir jusqu’au 6 juin 
28 May 2017, 9:55 am

<
>

Cet article A voir jusqu’au 6 juin est apparu en premier sur Signé Genève.

Promenade « La campagne entre deux Cités » 
26 May 2017, 8:16 am

Campagne à LoëxPasserelle aux EvauxPlace de jeux au Lignon
<
>
Place de jeux au Lignon

Départ arrêt TPG : Onex, Cité Arrivée arrêt TPG : Vernier, Cité Lignon
Environ 1h15 de marche effective pour moins de 100 mètres de dénivelé.
Possible avec une poussette tout terrain, quelques marches. Pour ma part, j’utilise un porte-bébé.
Nous quittons rapidement la Cité d’Onex pour rejoindre les Evaux, nous traversons un petit bois qui héberge le parcours Vita puis c’est les grands espaces verts.
A proximité des bâtiments, il y a une place de jeux malheureusement pas très ombragée. Elle doit attiré les foules le week-end car il y a même un sens unique pour accéder aux balançoires!
Un peu plus de grands champs non fauchés permettent toutes les aventures et un étang permet d’admirer iris et libellules.
La promenade se poursuit par la traversée d’une passerelle métalique au-dessus d’un nant. Sur l’autre rive, c’est la campagne.
Possibilité de faire un détour par l’étang du Bois des Mouilles ou sinon direction la passerelle du Lignon.
Les vaches paissent dans les prés (Attention aux barbelés). Des trouées permettent d’apercevoir le Rhône mais les feuilles gênent la vue qui se fait furtive.
A Loëx, un sentier en zigzag descend vers les rives du fleuve. Nous sommes en bordure d’un bosquet et le côteau devant nous est souvent survolé par des milans noirs.
La traversée de la passerelle du Lignon permet d’apprécier la puissance du Rhône et la hauteur des immeubles de la Cité toute proche.
Une rude montée nous attend que l’on interrompre pour admirer les animaux du jardin Robinson (chèvres et poneys).
Le centre commerciale marque la fin de la promenade. La place de jeux aux pieds des habitations (voir photo) offre non pas un mais deux toboggans et une passerelle vraiment suspendue et mobile (âmes sensibles s’abstenir).
Un après-midi bien occupé mais on pourrait facilement y passer la journée tant il y a à découvrir!
Vous pouvez voir et télécharger le parcours en utilisant le lien sous l’article

Cet article Promenade « La campagne entre deux Cités » est apparu en premier sur Signé Genève.

Café des Signes 
24 May 2017, 11:41 am

Connaissez-vous la langue des signes? Pas encore ? Alors venez le 31 mai 2017, entre 17h et 22h, au Café Slatkine à Genève, où, le temps d’une soirée, des serveurs sourds s’ajouteront au personnel traditionnel et où les clients devront s’initier à la langue des signes pour pouvoir passer commande. Une manière ludique d’entrer dans le monde des sourds et de découvrir leur langue!
 
Bien entendu, des interprètes seront également présents pour vous soutenir dans la communication ou pour approfondir certaines discussions avec les animateurs sourds.
Les Cafés des Signes, organisés par l’association S5 et ses partenaires dans des lieux publics ou privés ont pour but de sensibiliser le public entendant à la langue des signes et à la culture des sourds. 

Pour les personnes sourdes, être exclues des discussions lors des pauses au travail, ne pas répondre à la demande de possession d’une carte cumulus ou devoir répéter trois fois sa commande au restaurant parce que le serveur n’a pas compris, est leur quotidien. De telles expériences sont communes aux personnes sourdes et malentendantes du monde entier.
En même temps, en Suisse, les personnes sourdes sont fières de vivre entre deux cultures. Elles vont voter, regardent le téléjournal avec sous-titrage et en langue des signes, sont réveillées par un réveil lumineux, téléphonent via Facetime et élèvent leurs enfants de manière bilingue. Cette diversité se reflète dans la culture sourde et représente la base pour une vie autodéterminée et pleine d’assurance pour les personnes sourdes et malentendantes en Suisse. C’est pourquoi l’Association S5 soutient et promeut la communauté et la culture des sourds et invite toutes les personnes intéressées à se plonger dans cette culture. 

Cet article Café des Signes est apparu en premier sur Signé Genève.

Ces vieilles dames qui gardent la frontière 
24 May 2017, 10:13 am

Genève est un canton frontalier par excellence. Il partage 110 km de frontière avec la France et n’est rattaché au Canton de Vaud que par quatre tout petits kilomètres. A Corsier, Anières et Hermance, la frontière est omniprésente. Lors de balades en forêt, le long des vignes ou à travers champs, on ne sait plus parfois si l’on est en France ou en Suisse.

Des bornes pour frontière

La frontière est avant tout matérialisée par la nature, le lac et l’Hermance notamment, mais ces limites naturelles ne suffisent pas toujours. 436 bornes ont alors été installées tout au long de la frontière franco-genevoise, pour délimiter les deux Etats. Installées pour la plupart entre 1816 et 1818, elles racontent l’histoire des communes de Genève et rappellent notamment, qu’il n’y a pas si longtemps Hermance, Corsier et Anières appartenaient à la Savoie. Et on découvre des choses étonnantes en observant ces bornes. Certaines comportent ainsi deux lettres sur leur face, un G et un S. G pour Genève bien sûr, mais le S, malgré ce que l’on pourrait penser, ne veut pas dire Suisse, mais Sardaigne ! La Savoie appartenait en effet au Royaume de Sardaigne en 1816 et n’est devenue française qu’en 1860, d’où le S sur certaines bornes. D’autres arborent fièrement deux aigles : l’aigle de Napoléon d’un côté et l’aigle genevois de l’autre. Chaque borne est donc différente et chaque borne raconte une histoire.

L’association Re-Borne

Mais ces vieilles dames de pierre vieillissent parfois difficilement, malmenées par le temps et les éléments. Leur entretien incombe normalement à la France et à la Suisse, mais le budget alloué à leur rénovation est maigre et suffit à peine à restaurer une borne par an. C’est dans ce contexte que l’association Re-Borne est née. Créée à l’occasion du bicentenaire de l’entrée de Genève dans la Confédération suisse, elle propose à chacun de devenir parrain ou marraine d’une borne. Pour un montant allant de 50 à 5000 CHF, on peut ainsi contribuer à restaurer une borne-frontière. Et l’opération a déjà eu beaucoup de succès.

Alors la prochaine fois que vous viendrez vous balader à Hermanence, Corsier ou Anières, ouvrez l’œil. Vous aurez peut-être la chance de tomber nez à nez avec l’histoire de notre frontière !

Borne frontière entre Corsier et Veigy Foncenex (Photo : Anne-Laure Roudaut)

Borne frontière à Corsier au dessus de l’Hermance – L’aigle genevois (Photo : Anne-Laure Roudaut)

Borne frontière à Corsier au dessus de l’Hermance – L’aigle de Napoléon (Photo : Anne-Laure Roudaut)

Borne frontière à Anières au Pont-de-Crévy (Photo : Anne-Laure Roudaut)

Borne frontière à Hermance – Le G de Genève (Photo : Anne-Laure Roudaut)

Borne frontière à Hermance – Le S de Sardaigne (Photo : Anne-Laure Roudaut)

Cet article Ces vieilles dames qui gardent la frontière est apparu en premier sur Signé Genève.

L’art avec des confettis, l’art avec du scotch…! Georges Korac expose à Bernex 
23 May 2017, 5:14 pm

La Galerie « Aux Portes de la Champagne » a le plaisir d’accueillir l’exposition de l’artiste peintre contemporain Georges Korac.

Né en 1940 en Yougoslavie, Georges Korac passe son enfance à Sombor auprès de son grand-père dans un bric-à-brac foisonnant. Il obtient le diplôme de l’Université des arts appliqués de Belgrade en 1964, puis s’installe à Sion en 1969. Il étudie la gravure à l’atelier Raymond Meyer à Lausanne. Depuis 1977, il vit et travaille en France et s’est installé à Aix-en-Provence en 1990.

Georges Korac a participé à plus de 60 expositions personnelles et collectives en Yougoslavie, Suisse, Belgique, France, Allemagne, Pologne, Espagne et aux Etats-Unis.

L’art de Georges Korac ? Une technique, une méthode, un art ? L’art avec des confettis, l’art avec du scotch, l’art de stocker, l’art plastique avec du plastique. Créer, fabriquer, stocker, graver, couper, imprimer, coller, assembler, composer. Voilà les termes qui caractérisent sa démarche artistique. Peut-on philosopher et faire de la poésie avec des éléments picturaux ? Oui ! nous dit Georges Korac avec ses œuvres originales et ses inventions permanentes pleines d’imagination, d’humour et d’optimisme. Son art nous surprend sans cesse par l’abondance et la richesse des couleurs.

http://www.korac-art.com/

Cet article L’art avec des confettis, l’art avec du scotch…! Georges Korac expose à Bernex est apparu en premier sur Signé Genève.

Ateliers et cours de musique 17-18: les inscriptions en ligne sont ouvertes 
20 May 2017, 2:21 pm

<
>

A la Bulle d’Air, les enfants peuvent, année après année, et depuis plus de 20 ans, grandir et s’épanouir dans la musique, de la découverte des sons à l’apprentissage d’un instrument. Ils sont aimés, accompagnés, valorisés, accueillis avec respect et bienveillance.

Les parents sont les hôtes privilégiés des ateliers, afin qu’ils partagent l’émotion, le plaisir et les acquisitions de leurs enfants.
La pédagogie musicale pratiquée est ludique, créative et s’appuie sur de solides connaissances concernant le développement sonore et psycho-moteur de l’enfant.

La Bulle d’Air propose 80 ateliers durant l’année scolaire, répartis du lundi au samedi, dans 6 sites: de la musique pour les tout-petits et leurs parents, où l’on joue, découvre, bouge, chante, la musique pour les plus grands, où les sons n’ont plus de secret, où l’on apprend, expérimente et s’amuse beaucoup. Et enfin, pour ceux qui se lancent dans la grande aventure de l’apprentissage, elle offre des cours d’instruments, collectifs ou individuels: piano, violon, flûte à bec, flûte traversière, construction de flûte de bambou, guitare.

Une séance d’essai est offerte tout au long de l’année en fonction des places disponibles, réservation obligatoire auprès du secrétariat. Toute inscription définitive sera prioritaire.

Découvrir notre programme, nos horaires et vous inscrire en ligne pour l’année scolaire 2017-2018

Cet article Ateliers et cours de musique 17-18: les inscriptions en ligne sont ouvertes est apparu en premier sur Signé Genève.

Stages d’été 2017 – Summercamps 2017 
18 May 2017, 3:03 pm

<
>

1 semaine de chant, danse et théâtre !

Cette année au Piccolo Opera :

STAGE 1  » Mary Poppins  » du 03 au 07 Juillet 2017

STAGE 2  » Singing in The Rain  » du 10 au 14 Juillet 2017

STAGE 3  » Mary Poppins  » du 14 Août au 18 Août 2017

STAGE 4  » Singing in The Rain  » du 21 Août au 25 Août 2017

Cet article Stages d’été 2017 – Summercamps 2017 est apparu en premier sur Signé Genève.

Fête du Ski Genevois 2017 
18 May 2017, 10:46 am

La Fête du ski genevois, un événement organisé par Genève Snowsports, s’est déroulée hier soir au Casino Théâtre de Carouge en la présence de plus de 200 amateurs de glisse. Ce rendez-vous annuel a lieu pour féliciter tous les skieurs et remettre les mérites aux athlètes qui ont particulièrement su se démarquer pendant la saison.

37 mérites et deux brevets remis
Les disciplines du ski alpin, ski de fond, ski freestyle, ski freeride, ski de vitesse et du ski alpinisme étaient réunis à cette occasion et des médailles ont été remises dans chaque discipline. Le centre de formation a également salué ses élèves en remettant les brevets obtenus. Au total 37 mérites sportifs et 2 brevets ont été remis hier soir.

Guest-stars
Comme le veut la tradition, chaque année des stars du ski sont présentes pour remettre les médailles. Cette année, Genève Snowsports a eu l’honneur d’accueillir la championne de freestyle Sarah Höfflin et le champion du monde 2017 de combiné alpin, Luca Aerni. La venue du skieur a été rendue possible par le soutien de la Raiffeisen, l’un des partenaires de l’association. Le Club Med, HelveCie, le Fonds du Sport et la Ville de Genève ont également été remerciés pour le soutien actif qu’ils portent au ski genevois.

Encourager la relève
L’une des missions de l’association est de promouvoir le ski auprès du grand public. Les résultats de la Coupe Genevoise et le concours scolaire ont, à ce titre, été présentés. Pour rappel ce sont deux évènements qui ont pour but de faire découvrir les joies de la glisse à tous les jeunes genevois.

C’est dans une optique d’un encouragement destiné à la relève sportive qu’une invitation à soutenir Lausanne 2020 a été présentée au public. Ces jeux seront l’occasion de donner un signal positif de soutien à tous les jeunes sportifs.

Une fête pour palier au manque de neige
Cette fête était l’occasion de terminer dans la bonne humeur la saison 2016-2017, quelque peu mouvementée en raison du manque de neige. Genève Snowsports souhaite un bon repos à tous ses athlètes et se réjouit de les retrouver la saison prochaine.

Cet article Fête du Ski Genevois 2017 est apparu en premier sur Signé Genève.

En suivant les poètes au cimetière 
15 May 2017, 9:50 am

Devant la tombe de Robert Musil © Maulde CoutauLes arbres du  cimetière des Rois © M-A Ciprut
<
>
Devant la tombe de Robert Musil © Maulde Coutau

Le pont Neuf de Carouge rénové ayant été inauguré ce samedi 13 mai avec fanfare, fleurs et discours des deux maires des villes riveraines, j’ai donc enfin osé le franchir, sans crainte qu’il ne s’écroule, pour aller dans le quartier de Plainpalais… l’audace en valait la peine.
Dans le cimetière de Plainpalais, renommé à bon escient le cimetière des Rois, ne reposent que des célébrités : des politiques, des mécènes et surtout des artistes, et beaucoup d’écrivain-e-s et de poètes.
Pour fêter les 30 ans de ses Editions des Sables, Huguette Junod a eu l’idée d’organiser des lectures dans ce lieu original, à la fois pour honorer les sommités de la littérature et pour faire connaître les auteur-e-s qu’elle a édités. Ces tours de cimetière ont lieu les samedis 13, 20 et 27 mai de 16 h à 17 h 30. C’est Guillaume Chenevière à la belle voix sonore et à l’immense culture qui a choisi les extraits d’oeuvres et qui guide le public de tombe en tombe. Sous les grands arbres, les pieds dans l’herbe fleurie, j’ai suivi ce premier tour, ainsi qu’une quarantaine de personnes conquises. Moments de découvertes, d’émotion, de rêves avec les jeunes poètes (dont Stéphanie de Roguin), fugaces partages de sagesse devant les tombes de Jean Calvin ou de Denis de Rougemont, sourires en entendant l’ironie d’Alice Rivaz ou d’Emile Jacque-Dalcroze et francs éclats de rire devant le monument controversé de Grisélidis Réal, notoire prostituée et fine écrivaine. Patrice Mugny, ancien maire et également poète édité aux Sables, raconte comment il a pu imposer officiellement la tombe de la prostituée au cimetière des Rois, Guillaume Chenevière lit une lettre de Grisélidis à son ami Jean-Luc où elle se plaint d’aller « vendre son âme plutôt que son cul » à la TV, mais admet que de participer à une émission de variété est finalement plus lucratif et moins pénible qu’une dizaine de passes, Huguette Junod enchaîne avec un de ses poèmes, désopilant, entièrement au subjonctif passé « J’aurais souhaité que vous me distinguassiez, me désirassiez, m’enlassiez… que nous nous enivrassions et que nous nous transcendassions…» Un grand moment d’humour sur le mode du libertinage !
Et le tour se termine par une verrée dans la boutique « Au grand magasin », 59 boulevard Saint-Georges, dont la minuscule terrasse donne directement sur les arbres du cimetière.
A découvrir !
Samedi 20 mai : de nouveaux poètes : Philippe Constantin, Anne Martin, Valérie Morand, Liam, Pauline Desnuelles, et des hommages à Töpffer, Dostoïewski, Jean Marteau, Alice Rivaz, Jeanne Hersch, et à nouveau Calvin, Réal, Rivaz et d’autres célébrités
Samedi 27 mai : la poétesse et éditrice Eliane Vernay, Benoist Magnat, le jeune Liam et parmi les écrivains décédés, Ernest Ansermet, Henri de Ziegler, Jorge Borges…
Et à chaque tour, Grisélidis Réal !

Cet article En suivant les poètes au cimetière est apparu en premier sur Signé Genève.

Interview de Lazou_laplume une écrivaine genevoise 
12 May 2017, 3:36 pm

<
>

Peux-tu brièvement te présenter?

Qui suis-je ? Une Genevoise de 34 ans passionnée par la vie et par l’écriture. Tout simplement !

Pourquoi Lazou_ laplume ?

Adorant la musique et les paroles, adolescente j’ai écouté une chanson de Diam’s qui parlait des femmes où dedans elle a utilisé le terme: « une petite zoulette », qui veut aussi dire petite femme fière de ses origines africaines. J’ai trouvé cela mignon même si je ne suis pas d’origine africaine, je suis fière des miennes et je l’ai transformé en Lazou qui je trouvais me ressemblait bien. Les paroles en elles-mêmes évoquent le fait que tu peux être une femme mince, ronde, grande, petite, blonde ou brune et que la vie n’est pas un cadeau. On reste des guerrières, des femmes fortes qui peuvent y arriver. Et laplume pour l’écriture !

Comment s’est passée la publication de ce premier ouvrage?

Cela a été long et constructif, car écrire c’est beau, en faire un livre c’est un travail. Néanmoins j’ai été aidée et soutenue et le résultat est là aujourd’hui.

Pourquoi avoir choisi ce format de textes, court et segmenté ?

J’ai toujours écrit de cette façon. Je trouvais que cela donnait plus d’impact au texte, comme une poésie qui n’en est pas une. Une manière de raconter quelque chose simplement et qui est lisible.

D’où te vient ton inspiration ? Quelles sont tes muses?

Je n’en ai pas en particulier. La seule et unique muse c’est mon cœur car j’écris ce que je ressens : cela peut-être sur l’instant par une chanson, une image ou simplement ce que je vois face à moi.

A quel point ces fragments de vie/réalité sont-ils autobiographiques?

Au point où cela a été salvateur pour moi d’écrire dessus et important que des gens le lisent, même si c’est se mettre à nu. Ils ont peut être vécu la même chose, se reconnaîtront et se sentiront moins seuls. Mais effectivement, ce n’est pas simple au
début de me dire : comment vont réagir les gens qui me connaissent mais ne sachant pas vraiment à l’intérieur comment je suis ?

Peux-tu déjà nous révéler des informations sur des œuvres futures?

Mystère …. non je plaisante, le prochain livre est en préparation, il sera différent et pourquoi pas me lancer dans des nouvelles ou même les histoires pour enfant car j’en ai déjà une de terminée.

Que représente pour toi la collaboration avec d’autres artistes et ou formes artistiques?

Elle est importante,. J’ai proposé un échange de mon premier livre car j’adore l’art en général et je voulais instaurer cela pour qu’on ait un regard sur leurs œuvre

Le mot de la fin?

Rêver : car rêver c’est important et c’est réalisable. On peut du bout des doigts toucher son rêve et le réaliser si on le souhaite vraiment.
Ne rien lâcher, être déterminé et se donner les moyens pour y arriver.

Cet article Interview de Lazou_laplume une écrivaine genevoise est apparu en premier sur Signé Genève.